Le Colporteur du 1er de Ligne


 

 

 

Retrouvez sur cette page les derniers article de notre Colporteur. Astuces, conseils et documents susceptibles d'intéresser le plus grand nombre. N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires.


Au coeur des bois de Pouvrai

Au cœur des bois de Pouvrai


Au Colonel Jean Saint-Martin, 1er régiment d'infanterie de ligne - 2 juillet 1813

Monsieur,

Suite à la mission que vous m'avez confiée je vous rends compte d'ores et déjà. J'ai rejoins la caserne au Mans. Contrairement à ce que vous m'aviez annoncé, n'était présent que la moitié du détachement d'infanterie, composé à peine de deux compagnies des 1er et 2e régiments d'infanterie de ligne. Je dû nommer un homme que je pris à l'ancienneté, et que je connais bien, pour ordonner l'ordinaire qu'il me restait.

Pour surprendre les hors la loi, j'ai commandé un départ attife au petit matin, et grand bien m'en prit. Nous sommes passé par un chemin à travers champs, pour rejoindre le bord du bois de Nogent-le-Rotrou, chemin idéale pour la contrebande qui gangrène l'armée actuellement, en suivant un chemin que j'ai pensé discret pour des contrebandiers. Nous avons suivi un petit ruisseau, qui nous a mené au village de Pouvrai.

De plus, les bois ont des yeux, je peux vous garantir que si je puis vous écrire, c'est uniquement parce que les contrebandiers n'ont pas voulu faire le coup de feu. Nous supposons que c'était pour aller cacher les produits qu'ils ont illégalement charrié jusqu'ici. Cet endroit est rempli de caches, et malheureusement la difficulté pour nous d'avancer rapidement ne nous a permis de tomber que sur quelques boucans abandonnés, et quelques maigres prises.

Conformément au plan que je vous fis, le temps à passer trop rapidement je n'avais aucune chance de pouvoir surprendre les contrebandiers à Luzoir. Je n'ai rien trouvé d'autres. Les habitants sont de fidèles sujets, très serviables et très aimables. Le chemin que je fis emprunter fut similairement le même qu'au début, les cours d'eau et les falaises en moins. La région est froide et très humide la nuit, le bois ne prenait pas. J'ai donc préféré revenir en un lieu que je connaissais mieux, nous fîmes une marche de nuit dans le noir complet, peut être avons-nous marché près de huit lieues sans rien trouver.

La région est en somme peu praticable et notre présence n'a servit qu'à faire peur peut être bien. Un bataillon de notre meilleur infanterie n'y pourrais rien. C'est de gendarmerie et de douane et de génie dont nous aurons besoin pour nettoyer la région des fripons qui la pollue. Par conséquent je préfère rentrer avant que mes hommes attrapent la mort, nous savons trop bien que ce n'est pas le moment d'en perdre.

Nicolas Tincelin - Sous-lieutenant à la 1ère compagnie du 1er bataillon.


0 commentaires

Avis à la belle jeunesse...

Avis à la belle jeunesse...


Oyez oyez braves gens ...

 

Le 1er Régiment d'Infanterie de Ligne se tiendra ce samedi 17 Juin 2017 en la maison des associations à COLMAR à l'occasion d'une journée "Portes ouvertes".

 

Marc La Bréole vous accueillera sur un stand vous présentant ainsi les diverses activités de notre association.

 

Venez nombreux le rencontrer entre 14h30 et 17h00 !

 

Pour nous retrouver, suivez la feuille de route disponible ci-dessous...


0 commentaires

Retour de la chasse aux chouans (POUL-FETAN)

Retour de la chasse aux Chouans (Poul-Fetan)

Nous sommes au début du mois de Juillet de l'année 1815. Waterloo a été un désastre pour la Grande Armée, et Napoléon a abdiqué il y a quelques jours à peine. Néanmoins, le régime impérial n'est pas encore à terre, et même si les Chouans exultent, les troupes impériales stationnées en Bretagne n'ont pas encore dit leur dernier mot...

 

Ainsi, un peloton de Napoléonville est envoyé comme avant-garde à 27 kilomètres plus au sud, dans la commune de Quistinic. Cette dernière est composée de plusieurs petits villages, dont un à deux kilomètres au sud, nommé Poul-Fetan. Cette place est entre les mains des Chouans. Par conséquent, les troupes impériales doivent prendre ce village, et ceci afin de couper la route sud de Napoléonville à la colonne chouanne de Grand-Champs qui se trouve à trente kilomètres de cette position.

"Vous êtes des soldats de ligne d'un peloton de Napoléonville. L'armée catholique et royale du Morbihan redouble d'audace en attaquant les villes en ce tout début de mois de juillet 1815, et la prochaine sur leur liste est une des plus grandes, et surtout la plus symbolique : Napoléonville. Cette dernière est bien barricadée et défendue par des troupes de ligne mais également des fédérés fraichement levés. Néanmoins, une importante armée chouanne est stationnée à seulement 30km au Sud de Napoléonville, à Grand-Champ. Votre objectif est de vous rendre à seulement 3km du cantonnement de l'armée chouanne : Quistinic. Cette paroisse est composée de plusieurs petits villages, or l'un d'eux nommé « Poul-Fetan » vient récemment de tomber aux mains des chouans, ce qui ouvre à l'armée chouanne de Grand-Champ la route Sud vers Napoléonville. Après une seule journée de marche de cette dernière jusqu'à Quistinic, votre objectif sera de prendre position autour de la chapelle Notre-Dame du Cloître qui est une position défensive propice en cas d'attaque : la chapelle est située sur une colline, et le sommet de cette dernière est entourée de murets qui ceinture la chapelle. Les autorités de cette commune sont prévenus de votre arrivée et de la paille vous y attendra. Une fois la nuit passée, vous partirez le lendemain matin en direction du village de Poul-Fetan avec comme mission de le capturer et de le tenir jusqu'à nouvel ordre. Une fois en votre possession, tentez de contrôler les chemins creux adjacents, mais en cas d'embuscades successives, retranchez-vous dans le village. Le sort de l'autorité impériale en Bretagne est entres vos mains, vive Napoléon II !"

Quelques photos...

L'ensemble des membres du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne tient à remercier particulièrement les organisateurs de cet évènement, Les Conscrits du Languedoc - 18ème Régiment d'Infanterie de Ligne, ainsi que tous les participants à cette sortie.


1 commentaires

Des armes et vous ...

"Des armes et vous..."

Amis reconstituteurs, la période trouble que nous vivons actuellement vient compliquer quelque peu le transport de nos armes, qu'il s'agisse de nos fusils ou pistolets à silex, mais également des sabres ou encore de poudre noire.


Pour vous aiguillez un peu et pour mieux vous préparer, voici quelques astuces que nous vous conseillons de suivre afin d'éviter de vous faire confisquer votre matériel auquel, disons-le, chacun de nous est très attaché, et pour lequel nous dépensons sans compter.

Décret n° 2013-700 du 30 juillet 2013

Ce décret du 30 Juillet, porte application de la loi n° 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l'établissement d'un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif. Nous vous conseillons d'imprimer l'article 121 de ce décret, qui stipule que "La justification de la participation à une reconstitution historique constitue le motif légitime de port pour les armes [...] dans le stricte cadre du déroulement de cette manifestation. Cette justification constitue un des motifs légitimes de transport pour les armes, éléments d'armes [...] dans le strict cadre du déroulement de cette manifestation".
Nous ne pouvons que vous conseiller de l'imprimer, et de le plastifier, tout en l'ayant dans votre véhicule où sur vous, lors de vos trajets.

 


Demande de carte européenne d'armes à feu

Bien que cette carte ne soit pas obligatoire, nous vous conseillons tout de même, si vous êtes amené à voyager, d'établir pour votre 1777 ou autres armes, cette carte européenne en remplissant ce document cerfa N° 10832. Cette démarche est à effectuer en préfecture.


Enfin, nous vous conseillons fortement, lors du transport de votre mousquet, de démonter la batterie, ou toute autre pièce permettant la mise à feu. Cela sera un gage de votre bonne foi en cas de contrôle. Par ailleurs, vous pouvez remplacer également votre silex par un silex d'instruction en bois, afin d'en faire la démonstration si nécessaire.

 

Voici une liste des références qui pourront vous être utiles :

 

Par ailleurs, nous vous conseillons également de disposer d'un document attestant de votre appartenance au sein d'un groupe et d'une association de reconstitution historique. Bien que ce document n'ait aucune valeur légale, il pourra être encore une fois un élément supplémentaire qui vous évitera quelconque sanction.
Au sein de notre association des Soldats de Cent Jours, nous fournissons à nos membre de type de carte au format de cartes de visite, plastifiées.

Deprayelle


0 commentaires